Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le dragon d'Aime

Publié le par Janick

En Savoie, en Tarentaise et en Maurienne, les histoires de dragon, ou nommé vivra, vouivre, sont assez courantes. Voici l'une d'elle.

Nous sommes à Aime, en Tarentaise.

 



 

Le dragon d'Aime

Dans les prés sur les hauteurs, on pouvait remarquer à l'époque des fauchaisons de juillet, de grands cercles noires et sans végétation. On raconte que c'est l'endroit où un dragon se couchait en rond au milieu de la journée. Il avait l'apparence d'un serpent ailé, avec des oreilles et une crête rouge. Il portait un diamant autour du cou d'une très grande valeur. Le seul moyen de pouvoir le prendre aurait été de le récupérer lors de son passage à une source. A ce moment là, il le déposait sur une pierre pour boire plus aisément. Mais après l'avoir dérobé, il aurait fallut courir très vite pour échapper à la colère de l'animal.
D'après Charles Joinsten

Résultat de recherche d'images pour "dragon avec pierre autour du coup"

Partager cet article

Repost 0

La rue des masques

Publié le par Janick

C'est au temps où les Romains firent la conquête de la Savoie que fut créée la rue des Masques. Auparavant, il n'y avait là que d'énormes rochers amoncelés, des blocs de pierre monstrueux sur les sommets desquels venaient de temps en temps gambader les marmottes. Un matin des habitants de la plaine de Calme, près du plan de Phazy, revenant de cueillir aux environs des tiges de lavande, voient que les rochers s'étaient disjoints et que les blocs de pierre se séparaient lentement. Quelques-uns, tremblant d'effroi, s'enfuirent vers le village ; les autres restèrent là, comme cloués par la peur, s'attendant à être engloutis.

                                        Résultat de recherche d'images pour "rue des Masques plan de phazy"       

On eût dit que la face du monde allait se renouveler. Les marmottes s'enfuyaient de leurs terriers en sifflant ; des aigles planaient au-dessus de la montagne en jetant des cris perçants ; parfois on entendait venant au-dessous du sol comme des frémissements sourds semblables aux roulements du tonnerre, auxquels se mêlait le bruit de voix étranges qui s'appelaient et se répondaient.

Résultat de recherche d'images pour "plan de phazy" Ce ne fût que le soir de deuxième jour que cessèrent les clameurs souterraines, que les rochers interrompirent leur dislocation, les blocs de pierre ne se séparèrent plus, et la rue des Masques fut définitivement créée. Peu à peu les habitants se rassurèrent et, comme au fond de la gorge, l'herbe croissait drue et fine, les bergers et les bergères y conduisirent leurs troupeaux.

Pendant longtemps, pendant même des siècles, on n'entendit parler de rien ; mais un jour, une bergère raconta qu'en voulant ramener une chèvre qui s'était écartée, elle s'était trouvée face à face avec un géant noir qui l'avait menacée du doigt. Elle s'était évanouie de frayeur, mais n'avait plus vu personne en rouvrant les yeux... Deux mois plus tard, une autre bergère vit deux géants qui disparaissaient dans la terre à l'extrémité du vallon. Le lendemain, ce fut le tour d'un berger, le surlendemain le tour d'un autre, puis d'un troisième ; un quatrième fut même surpris par une troupe de nains qui, durant toute la nuit, le forcèrent à danser le sabbat avec eux...

Les pâtres ne conduisirent plus leurs troupeaux paître dans le ravin.

Dix ans plus tard, des  voyageurs passèrent sur le chemin, près de la rue des Masques, à la nuit tombée. Ils entendirent un grand bruit de voix et virent des lumières dans les rochers. L'un des voyageurs s'approcha et reconnut les nains et les géants ; les pâtres avaient parlé. Les nains, qui l'avaient vu, le poursuivirent un instant. Il pouvait à peine balbutier quand il rejoignit ses compagnons. Le lendemain, vers la même heure, un charretier suivait le même chemin. Son cheval prit peur, s'emballa et vint s'abattre au tournant de la route, où il se tua. Le charretier avait dû voir des choses horribles, car il n'en parlait jamais et frémissait de terreur chaque fois que quelqu'un y faisait allusion devant lui.

    Image associée

Les voyageurs cessèrent de passer par le chemin au moment où la nuit tombait.

Cela dura des années. Les sorciers avaient leur clairière ; les masques, comme on les appelait, avaient leur rue.

Un jour, le bruit courut dans les villages que, durant la nuit de Noël, les sorciers perdaient leur pouvoir, se cachaient au fond de leurs grottes et ne reparaissaient que le lendemain soir ; des vieillards affirmèrent, et des jeunes constatèrent le fait.

Bien des années plus tard, on prétendit que de riches trésors étaient cachés dans les flancs de la montagne, que les sorciers y recelaient l'or et l'argent qu'ils fabriquaient et que, dans cette nuit sainte de Noël, juste au moment où sonnaient les douze coups de minuit, la grotte s'ouvrait toute grande et que chacun pouvait emporter sa charge d'or. Mais gare ! Avant que le dernier coup ne fût sonné, il fallait être sorti de la grotte sous peine d'être enseveli avec toutes les richesses de la montagne.

 

 

La rue des masques

Partager cet article

Repost 0

La grotte de "la femme blanche"

Publié le par Janick

Nous sommes au village des  Salelles en Ardèche.

Résultat de recherche d'images pour "salelles"

Sur une montagne proche de ce village existent des vestiges d'un ancien couvent des templiers.

             Résultat de recherche d'images pour "ancien couvent des templiers les salelles"

A quelques mètres de la dernière et unique tour, on découvre une grotte composée de plusieurs salles. Elle porte le nom de "femmes blanches" en souvenir de ses voisines les dames du templier. Cette grotte correspondrait par un souterrain avec le couvent des templiers, se trouvant du côté du Pont-d’Arc.

Ce souterrain abriterait, dit-on de l'or. Suivant la légende, tous les cent ans une dame blanche revient dans la grotte pour Noël à minuit.

Elle remet à la personne présente deux chaudrons de pièces d'or en lui recommandant de ne pas regarder en arrière, à partir du moment où elle possède le trèsor.

Il y a quelques 130 ans dit la légende, le soir de Noël, un certain Courrant de Saint-Maurice-d'Ibie  se rendit dans la grotte.

Il croyait en la légende, il voulait bénéficier du don que fait la dame blanche pour atténuer ses tourments dus à une fortune mal acquise et gagner enfin le paradis.

Tout est illuminé, la dame blanche est là portant les chaînes de ses péchés. Elle lui fait don des deux chaudrons emplis d'or et lui dit : "Va-t-en Courrant, et ne retourne surtout pas la tête".

                  Résultat de recherche d'images pour "chaudron rempli d'or"

Il partit quand un bruit épouvantable éclata, Courrant se retourna, inquiet et curieux. Oh! malheur! la dame blanche lui reprit or et chaudrons et lui donna un soufflet accompagné de ces mots : "Courrant, tu es pauvre et restera pauvre toute ta vie et tu n'auras plus de descendant" et c'est ainsi que la famille Courrant s'est éteinte, victime de la curiosité de l'un des siens.

Et si le promeneur hésite en raison de sa situation escarpée à se rendre à la grotte de la Dame Blanche, il gardera un bon souvenir de cette belle vallée de l'Ibie.

La grotte de "la femme blanche"

Publié dans Légendes d'Ardèche

Partager cet article

Repost 0