Le goya de Maugny

Publié le par Janick

Qu’est-ce que la chin-na-goya ? Un tapage infernal, de nuit, un mélange de cris d’animaux, des voix humaines, des sons d’éléments déchaînés, et cela en un seul bruit. Ceux qui ont le malheur d’entendre ce vacarme en perdent la tête, ils n’ont plus aucun repère, comme envoûtés, ils se retrouvent le matin à plusieurs lieux de chez eux, ou devant leurs domiciles, sans s’en rendre compte, et reprennent leurs esprits que lors ce que on leur adresse la parole.

                     74550 Draillant - photo - Draillant Maugny ou Draillant - Haute-Savoie

Une nuit, Dian, un habitant de Thonon, revenait dans sa ville. En chemin, il entendit ce fameux tapage. Il continua à marcher sans dévier de sa direction jusqu’à atteindre le bas du village de Maugny. Le vacarme passa au-dessus de sa tête et il se sentit emporté loin loin, au milieu d’un bois. Là se trouvait une clairière, merveilleusement éclairée, où était dressée une table somptueuse où dînaient des femmes magnifiques et des hommes richement vêtus.

Dian avait très faim à vue de ses plats, une des femmes l’invite à prendre place avec eux, lui donna une assiette remplie de mets délicieux. Il avait si faim qu’il avait oublié son bénédicité, mais par habitude, il fit un signe de croix. D’un coup, un coup de tonnerre gronda et tout s’évanouit. Dian se retrouva seul, dans la nuit, l’obscurité l’entourait. De cette fête il ne resta que son siège et quelque chose dans sa main gauche, un morceau de viande qu’il avait à peine consommé. Il n’osa pas le finir, et le conserva pour voir ce qu’il deviendrait de cet aliment au lever du jour.

Enfin le soleil apparut, le chant du coq se fit entendre, et Dian constata qu’il n’était pas dans un bois, mais à quelques pas de la route, un lieu nommé Luichamps, à 200 mètres de Maugny. Il était assis sur un grand panier renversé, et ce morceau de viande délicieux qu’il avait conservé était une grosse fiente de porc.

D’après Van Gennep.

Le goya de Maugny

Commenter cet article