La catastrophe de Bozel en 1904

Publié le par Janick

Nous allons à Bozel, en Haute Tarentaise (Savoie) pour un retour sur une catastrophe qui a eu lieu en juillet 1904.

                                 Chef-lieu de Bozel avec le Grand Becen fond de vallée.

Le Bonrieu avait déjà débordé plusieurs fois par le passé, comme en 1630, 1666, ou 1669,mais dans la soirée du 16 juillet 1904, entre sept et neuf heures, une partie du village de Bozel fut détruite dans ces circonstances rappelant la terrible catastrophe de Saint-Gervais en 1892.

Au cours d'un violent orage qui sévissait sur la région, le torrent de Bonrieu, qui,
en temps ordinaire, roule à peine deux mètres d'eau, se trouvant subitement accru, sortit
de son lit, entraînant dans son cours les rocs, les arbres et les terres, et se répandit en une
véritable nappe de boue dans les rues de Bozel, détruisant plus de vingt maisons, ruinant
trois ponts et engloutissant onze personnes.

Afficher l'image d'origine

Les secours s'organisèrent de suite sous la direction du maire, puis du sous-préfet de Moutiers et du Procureur de la République.
Au petit jour, le spectacle des rues envahies par la vase, encombrées de débris de toutes sortes, apparut terrible. On se préoccupa immédiatement de venir en aide aux malheureux sinistrés.

Afficher l'image d'origine
Les baigneurs de Brides envoyèrent de suite 1000, puis 2000 francs et organisèrent une fête de bienfaisance;
Le préfet donna un premier secours de 400 francs.
Un comité disposa de 5000 francs pour les besoins les plus urgents.
Le 29 décembre 1904, une loi fut votée ouvrant au ministre de l'intérieur et des cultes un crédit supplémentaire de 50.000 francs pour aide aux victimes de la catastrophe de Bozel.
Cent hommes du 158e régiment de ligne et deux compagnies du 4e génie ont été envoyées à Bozel pour procéder au déblaiement des routes.

                           Afficher l'image d'origine                                           Afficher l'image d'origine  

Publié dans Histoires vraies

Commenter cet article