Le Diable de Bessans

Publié le par Janick

Nous sommes à Bessans, sur le haut plateau de Maurienne, en savoie.

Afficher l'image d'origine

Le pays de Bessans était, jadis, rempli de forêts si grandes que l’on pouvait s’y perdre.

Afficher l'image d'origine
Un villageois revenant d’une ville voisine, portant sous le bras une énorme miche de pain, rentrait chez lui en passant par le chemin traversant la forêt. Soudainement, un loup impressionnant, féroce et affamé, les dents acérées, se dressa devant lui.

Afficher l'image d'origine
Apeuré, l’homme s’immobilisa d’abord, et lança à l’animal affamée un morceau de son pain, qui se précipita dessus. Le villageois profite de la diversion et court à travers bois, mais très vite le loup se mit à le poursuivre. Le paysan continua à distribuer des morceaux de pain pour échapper à cette bête. Il arriva enfin chez lui, se précipita à l’intérieur, et ferma violemment la porte à clé devant sa femme inquiète.
Mais la paysanne s’irrita de voir que le pain acheté avait disparu
" Et quoi, lui dit-elle, vas-tu mettre à nourrir ces vilaines bêtes de loups maintenant ? Crois-tu donc que l’argent ne coûte rien à gagner ?"
Elle ne voulait même pas écouter ses explications.
Quelques jours plus tard, le paysan partit pour la ville pour acheter une vache dont il avait bien besoin. Malheureusement, il ne trouva pas au marché son bonheur, soit trop chères, soit pas assez belles. Mais un maquignon l’interpella et le conduisit vers une bête splendide.

  Afficher l'image d'origine

Le paysan n’osa pas en demander le prix, mais l’homme lui dit :
« s’il te plait emmène là, elle est à toi »
Le paysan fut très surpris
« C’est moi, alors que j’étais changé en loup et affamé, que tu as nourris de ton pain ? Je t’offre cette vache pour te remercier de ton geste »
En plus, le maquignon remit au villageois une boite pour sa femme, en lui demandant de ne pas l’ouvrir avant de lui avoir remise.
Le paysan repartit avec la vache et la petite boite dans sa poche. 
En chemin, fatigué, il s’arrêta dans la forêt. Il était curieux de connaitre le contenu de cette boite, et ne put s’empêcher de l’ouvrir. 
Une boule enflammée sortit de celle-ci, s’envola dans les airs, et les arbres aux alentours prirent feu. Très vite, c’est la forêt entière qui brûla, le paysan put sauver sa vie en courant, laissant sa vache périr dans les flammes.

Afficher l'image d'origine
Une fois chez lui, le villageois comprit que le Diable, car cela ne pouvait être que lui, avait voulu se venger de sa femme qui avait mal parlé de lui. Par sa curiosité, il lui avait sauvé la vie.
Pour la vache, il ne regretta rien, celle-ci devait être envoutée par ce démon.
Notre pauvre homme se fit encore une fois disputer par sa femme qui ne comprenait rien à son récit.
Quant à la forêt, elle brûla entièrement, elle ne fut jamais reconstituée. Le sol resta, comme il l’est encore maintenant, sec et dénudé.

                            Afficher l'image d'origine    

Commenter cet article