La tour du noyer de Ripaille

Publié le par Janick

Notre histoire commence une nuit d'hiver sur les bords du Léman, des vagues immenses venaient se briser sur les rochers telles un océan en furie, le temps était noir, on ne pouvait voir la Lune.

Afficher l'image d'origine

Sur la rive Suisse, un homme étrange habillé d'une cape sombre attendait, un coffre à ses pieds.
Un batelier apparut. Il venait vérifier les amarres de sa barque. Surpris de voir l'étranger, il lui dit
- La nuit est bien mauvaise pour rester ici, attendez-vous quelqu’un ?
- C'est toi que j'attends, répondit l'homme sombre. Je dois absolument traverser le lac ce soir, j'ai vu ta barque, je comptais sur toi pour ce voyage.
- Mais vous n'y pensez pas par un temps pareil ! La tempête fait rage, la traversée est longue et dangereuse. Attendez demain, il fera meilleur.

                              Afficher l'image d'origine
- On m'attend ce soir, il faut absolument que tu m'emmènes ! Aurais-tu peur? Tu seras royalement payé, tu ne le regretteras pas !
Le batelier voyant son coffre se laissa convaincre, tous deux montèrent dans la barque qui fila dans les flots déchainés.
Le voyageur à l'arrière, les bras croisés, avait des yeux qui luisaient étrangement dans la nuit.
- Courage ! dit-il en voyant les efforts du batelier, ta barque vole comme un oiseau !
- Vous voulez rire, Monseigneur, ma barque est gile, mais ce pesant coffret déposé près de vous l'alourdit singulièrement....son poids double ma peine ! 

                             Afficher l'image d'origine
- Il doublera aussi ta récompense !
- Je l'espère, si nous arrivons à bon port ! Voyez, ma barque est à ras-bord, c'est fort dangereux.
Avec un rire sarcastique, l'homme lui répondit :
- Si tu savais ce que contient ma cassette, tu serais plus courageux.
- Que contient-elle de si précieux ? 
-De l’or, des bijoux, des pierres précieuses, de quoi doter cent filles de roi, de quoi acheter ton pays tout entier. Tu as la gloire de transporter l’homme le plus riche du monde !
Le batelier augmenta la cadence, la tentation commença à le gagner. Personne ne les a vu monter ensemble, la tempête était violente, le lac déchainé, nul ne pourrait le soupçonner…
La barque approche des rives savoyardes, le désir de l’or l’envahit avec une telle force qu’il en perdit la tête. Il se lève brusquement, bondit sur l’étranger, et le précipite dans les eaux profondes et noires.

 

 

La tour du noyer de Ripaille

Tremblant de son geste, il regagne le rivage. Il entendit les hurlements de l’homme se noyant mais laissa l’homme dans ses eaux froides et déchainées.
La barque touche le fond et glisse sur les galets, le batelier saute à terre. Il ne se sent pas regagner son foyer du côté Suisse cette nuit. Il prend la cassette et alla se réfugier dans la sombre tour de Ripaille non loin de là. Il s’endormit, mais son sommeil fut troublé par une horrible vision. Devant lui, l’étranger se dressa, les yeux étincelants, les mains ornées de griffes, un ricanement moqueur sortit de sa bouche.
- Tu me crois mort ? dit-il, mais tu ne peux point tuer Satan ! Puisque tu as voulu me noyer, c’est moi qui te ferai noyer…Quel beau noyer tu vas être ! Un grand arbre qui poussera dans la tour et portera chaque année à cette date des noix de diamant. J’attendrai ceux comme toi qui se laisseront tenter par ses richesses, et leurs âmes m’appartiendront.
Il disparut dans une odeur de soufre.
Le lendemain, un noyer se dressait au-dessus de la tour.

1571572913_B979308297Z.1_20160727173935_000_GKI79470R.1-0.jpg

On dit que la foudre l’a un jour brûlé, et que personne n’avait pu cueillir ce fameux jour de l’année les précieuses noix de diamant….du moins, personne ne pût en témoigner….

Commenter cet article