Les trois noix (Hongrie)

Publié le par Janick

Il était une fois un homme très pauvre. Il n'avait rien à part ses trois enfants orphelins de mère. Il n'avait rien à leur donner à manger. Un jour, il leur dit:

«Alors, mes enfants, partez où vous voulez parce que je ne peux plus subvenir à vos besoins. Je n'ai rien, je suis un homme pauvre.»

            Afficher l'image d'origine

Les trois frères prirent la route et quand ils se trouvèrent à la croisée des chemins, ils se mirent d'accord que dans trois ans ils se rencontrent au même endroit et que chacun montre ce qu'il a obtenu pendant ces trois années. Ils se séparèrent, et ils partirent dans des directions différentes.

Quand les trois ans furent passés, le plus jeune se dit qu'il devait rentrer à la maison. Il était au service d'un vieil homme. Il faisait très honnêtement son travail, souvent même mieux que ce qu''il lui était demandé. Un jour, il dit au vieil homme:

«Eh bien, mon brave vieux, les trois années ont passé, je pars parce que je dois rencontrer mes frères. Donne-moi le salaire que j'ai bien mérité.»

Le vieil homme se leva et sortit trois cents pièces d'or ainsi que trois noix et il les déposa sur la table.

                                Afficher l'image d'origine

«Tiens, fiston, si tu prends les pièces d'or, sache que je ne te les donne pas de bon coeur. Mais si tu prends les noix, cela est bien, je te les donne de grand coeur.»

Le jeune homme se dit: «S'il me donne les noix aussi volontiers que j'ai travaillé ici, alors je prendrai plutôt les noix.»

Il dit alors au vieil homme:

«-Ne vous inquiétez pas, mon petit vieux! Je prendrai les trois noix parce que vous me les donnez de bon coeur et si nous sommes encore en vie, un jour, je reviendrai peut-être chez vous.

-Que la paix et la chance t'accompagnent, fiston. Je sais que tu ne devras plus jamais revenir ici!» dit le vieil homme.

                                 hongroise: Motif folklorique hongroise

Le jeune homme alla à la croisée des chemins et rencontra ses frères. Ils s'interrogèrent sur leurs gains. Les deux aînés avaient beaucoup de pièces d'or. Quand ce fut le tour du benjamin, il montra les trois noix et il fut immédiatement accablé d'injures par ses frères.

«Ce n'est pas grave, j'aime les noix. Elles me conviennent très bien parce qu'on me les a données de bon coeur», se dit-il.

Les deux aînés chassèrent leur petit frère pour qu'ils ne rentrent pas ensemble à la maison. Ils avaient peur de la colère de leur père qui ne pourrait pas s'empêcher de les réprimander en voyant les noix. Le benjamin rentra dans la forêt pour laisser aller ses frères en premier, puis il les suivit.

             hongroise: Ornement folklorique traditionnelle de motif de broderie hongrois

Pendant la route, il eut subitement faim, mais il n'avait rien à manger. Il arriva à un puits et se dit que puisqu'il manquait de nourriture, au moins il pourrait boire. Mais quelle idée lui vint-elle à l'esprit? Il pourrait casser une noix, la manger et boire ensuite. Comme ça, il se sentirait quand même mieux. Il sortit une noix de sa poche, mais quand il la cassa, il eut peur. Un troupeau de moutons commença à en sortir. Les moutons avaient des clochettes autour de leur cou. Il y avait tant de moutons qu'il n'arrivait pas à les compter.

                 Afficher l'image d'origine

«Oh! se dit-il, j'ai enfin quelque chose à rapporter à mon père!»

Il oublia qu'il avait faim et soif! Il voulait rentrer à la maison le plus rapidement possible. Pendant la route, il pensa qu'il devrait casser une autre noix. Quand il la cassa, des vaches et des boeufs commencèrent à en sortir, et en dernier lieu, deux boeufs magnifiques attelés à une charrette.

Afficher l'image d'origine

Il monta sur la charrette, et les moutons et les boeufs marchèrent doucement derrière lui comme s'ils le faisaient sur commande. Ils étaient tout près de la maison quand le jeune homme pensa à la troisième noix.

«Et si je la cassais? Je ne rentrerais pas à la maison avec une noix entière!» se dit-il.

Ainsi fit-il. Une belle fille en sortait. Quand il l'aperçut, il s'en réjouit tellement qu'il ne savait plus où il était.

          Afficher l'image d'origine

Les deux aînés venaient de montrer leurs pièces d'or à leur père quand le benjamin rentra à la maison avec un troupeau de moutons et de boeufs, avec une jolie fille sur la charrette tirée par deux boeufs magnifiques. Les deux aînés eurent peur quand ils les virent car leur frère n'avait que trois noix quand ils s'étaient séparés à la croisée des chemins.

                                        

«Je vous ai bien dit qu'on m'avait donné les noix de bon coeur! Il est impossible que l'argent seul soit capable de nous faire plaisir. Tout ce que vous voyez ici est sorti de trois noix. Maintenant riez, si vous pouvez!» dit le benjamin à ses frères.

Les aînés partirent pour aller voir le vieil homme. Mais ils ne le retrouvèrent jamais, et eux-mêmes ne rentrèrent plus jamais à la maison.

Le benjamin resta avec son père et s'occupa de lui. Il vit encore aujourd'hui s'il n'est pas mort entre-temps, et il est en train de traire son troupeau de brebis.

Publié dans Légendes du monde

Commenter cet article