Le mystère du cromlec'h

Publié le par Janick

Le col du Petit-Saint-Bernard (anciennement col de la Colonne-Joux ou de la colonne de Jupiter2) est un col alpin qui sépare la Tarentaise (commune de Séez, Savoie), c’est-à-dire la vallée de l'Isère, de la Vallée d'Aoste (vallon de La Thuile). D'altitude modérée (2 188 m), il est le seul passage carrossable reliant les vallées savoyardes et valdôtaines.

                                       Afficher l'image d'origine

L'importance du col du Petit-Saint-Bernard débute dès le Néolithique. Les traces d'un vaste cercle de pierres, ou cromlec'h, sont encore visibles aujourd'hui. Le cromlec'h, complexe mégalithique, dessine une ellipse dont le grand axe, perpendiculaire à la route nationale, mesure environ 72 mètres. 

 

Le mystère du cromlec'hLe mystère du cromlec'h

Les cromlechs sont des lieux de culte celtiques. Celui-ci a été construit dans la Préhistoire par les ancêtres des Valdôtains, les Salasses, une population d’origine, langue et culture celtique.

Le mystère du cromlec'h

Il est difficile de définir avec précision la date de construction, puisque, au fil des siècles, de nombreuses pierres ont été sans doute enlevées, replacées, voire remplacées. On ne peut exclure la possibilité qu’il y ait eu un dolmen au centre.

Le mystère du cromlec'hLe mystère du cromlec'h

Un petit temple gaulois a été retrouvé dans les alentours, il date d’une époque bien plus tardive. Cela témoigne du fait que cette zone a été un lieu de culte dans l’Antiquité. Des documents écrits par des auteurs locaux témoignent la présence d’une colonne de porphyre brut, la Columna Jovis (« colonne de Jupiter » ou localement « colonne de Joux »), surmontée d'un gros rubis dit « l’œil de Jupiter » ou « escarboucle », qui probablement faisait partie du monument. Aujourd’hui, la colonne supporte la statue de saint Bernard de Menthon.

Le mystère du cromlec'h

Commenter cet article