La légende d'André : la roche Péréandre

Publié le par Janick

Vernosc-lès-Annonay est une commune du nord de l'Ardèche.

                                 Afficher l'image d'origine

La roche Péréandre est un énorme rocher naturel qui se dresse au beau milieu de la Cance sur la commune de Vernosc-lès-Annonay.

                              Afficher l'image d'origine

                                                        La Cance

Sa stature imposante est bien connue des amateurs d’escalade et des randonneurs.

                Afficher l'image d'origine

Mais, voyez-vous, un homme intrépide qui s’appelait André s’était mis dans la tête qu’un fabuleux trésor se cachait sous la roche. Il plongea un beau jour et découvrit une sorte de caverne dans laquelle il réussit à se glisser.

     

    Afficher l'image d'origine                             

Hélas, si la grotte était assez grande pour abriter un homme, elle ne contenait ni pièces d’or, ni joyaux. André devait se faire une raison, il allait rentrer chez lui bredouille ! De plus, comme pour ajouter encore à sa déconvenue, une crue subite fit monter le niveau de la rivière l’obligeant à passer trois jours et trois nuits dans son abri sous les eaux.

                                     Afficher l'image d'origine

Lorsqu’il put enfin sortir, tout transi, couvert de boue, il remonta péniblement en ville.

Alors qu’il passe devant le portail grand ouvert de la chapelle de Trachin, il voit la nef tout illuminée de cierges allumés : on y célèbre une messe de requiem. Notre homme touché par la compassion questionne un des assistants :

- « Mais qui donc est mort ? » 

Pour toute réponse, il n’obtient qu’un cri d’effroi :

- « C’est lui, c’est le mort qui revient... et en quel état ! »

Afficher l'image d'origine

Mais aussitôt ses parents et toute sa famille le reconnaissent et l’entourent :

- « André ! Nous t’avons cherché partout, nous t’avions cru disparu à jamais et nous faisions chanter un office à ta mémoire... mais te voilà ! Viens, viens déjeuner car tu dois mourir de faim. »

Un repas de funérailles attend la famille et les amis. Ce ne sont que gigots de moutons et poulets rôtis arrosés d’un bon vin de Cornas.

                   Afficher l'image d'origine

Mais… on ne se gave pas à son propre repas de funérailles impunément. André mangea tant... et tant… qu’il en mourut !

L’office put reprendre et s’achever à Trachin… le glas sonner pour de bon.

 La roche de la Cance aura malgré tout scellé le destin d’André… d’ailleurs elle garde toujours son souvenir. Elle s’appelle la roche où périt André… la roche Péréandre.

Le spectacle de la Roche Péréandre : le clou de la journée assurément !

Publié dans Légendes d'Ardèche

Commenter cet article