La "Savoyarde", la cloche du Sacré-Coeur

Publié le par Janick

L'aventure débute avec Antoine Paccard, alors maire de Quintal depuis 1795. Agé de 26 ans, il apprend son métier en tant qu'apprenti du maître-fondeur genevois Jean-Baptiste Pitton, puis il démarre un petit atelier de fonderie.

Aujourd'hui, 220 plus tard, la fonderie se trouve à Sévrier, toujours en Haute-Savoie.

La "Savoyarde", la cloche du Sacré-Coeur

La fonderie acquiert une réputation nationale et mondiale  ; quelque 700 à 800 cloches sont coulées chaque année.

En 1891, la fonderie Paccard coule la plus grosse cloche de France, la "Savoyarde", un bourbon installé au campanile de la nouvelle basilique du Sacré-Coeur de Montmatre à Paris.

                                        Afficher l'image d'origine

                                          poids : 18 835 kg

                                          hauteur :3.06 m 

                                         circonférence : 9.60 m

                                         battant : 850 kg

                                         joug : 4650 kg

C'est à l'initiative de Mgr Leuillieux, archevêque de Chambéry, que fut coulée la cloche du Sacré-Coeur qui devait devenir la plus grosse cloche de France et l'une des plus belles du monde : "La Savoyarde".

Ce fut la contibution de la Savoie à l'édification de la Basilique votive du Sacré-Coeur de Montmartre à Paris, car les savoyards préfèrent se distinguer en offrant une cloche plutôt que de participer à la souscription nationale.

Il ne faut pas oublier que l'annexion de la Savoie (1860) était encore assez récente. Aussi peut-on voir en La Savoyarde à la fois un symbole d'allégeance à la France et une personnification de la fierté et du régionalisme savoyard.

Le 17 octobre 1889, le contrat était déjà passé avec les frères PACCARD et la cloche était coulée le 13 mai 1891.

Vient enfin le jour du départ, la grande dame quitte la fonderie, emmenée par un équipage à sa démesure : trois chevaux attelés de front précédés de douze paires de bœufs symbolisant les 12 cantons savoyards. La foule s’est massée le long du chemin qui conduit des ateliers Paccard à la gare d’Annecy, on est venu de toute part saluer ce départ solennel de la Belle, étincelante dans son habit argenté paré de fines ciselures. Un wagon plat à la charpente renforcée (que la presse appelle « truck ») a été spécialement affrété par la Compagnie Paris-Lyon-Méditerranée.

Le mardi 15 octobre 1895 à 16 heures, une assemblée aussi disparate qu’attentive assiste en gare de la Chapelle à la préparation de la troisième partie du voyage, de loin la plus délicate. Un pont roulant à vapeur enlève la cloche du plateau où elle patiente depuis 10 jours et la dépose avec précaution sur le fardier de Mr. Magnin. L’entrepreneur en gros camionnage chargé de l’ultime transport possède un fardier rare pesant près de 6 tonnes pouvant porter des charges de 30 tonnes. Le lendemain, dans une nuit d’encre, 28 chevaux sont attelés *, un charretier se tiendra à la bride de chacun. Quatre heures sonnent, le convoi s’ébranle. A la lueur fantomatique des torches et des lanternes, une centaine de personnes dessinent un cortège ; on reconnaît parmi elles, au premier rang, Mr. Paccard, anxieux comme un père au matin d’un grand jour, l’architecte de la basilique Mr. Rauline, des « officiels », des ouvriers, plusieurs prêtres parisiens et savoyards. Dès la sortie de la gare de marchandise franchie, la procession grossit encore de nombreux curieux.

*Les sources divergent et annoncent 18, 28, une trentaine de chevaux, malheureusement aucun document figuré ne permet de confirmer l’un ou l’autre des témoignages et aucun récit ne mentionne des chevaux de renforts ajoutés en route.

     

                                        arrivée à Montmatre

Elle arriva sur la butte de Montmatre, le 16 octobre 1895, fut baptisée le 20 novembre 1895, elle se nomme Françoise-Marguerite  du Sacré-Coeur et donne le contre-ut (le do) grave.

     

                                        

                      Afficher l'image d'origine

 

                                 

 

La "Savoyarde", la cloche du Sacré-Coeur

En 1950, 57 cloches arriveront aux Amériques, une pour chaque capitale de chaque état - répliques de la fameuse "Liberty Bell". 

 

La "Savoyarde", la cloche du Sacré-Coeur

Au total, la fonderie coulera 300 répliques de la "Liberty Bell", une d'elles avaient été installée dans la propriété du chanteur Mickael Jackson.

Depuis sa création en 1796, la fonderie Paccard a coulé près de 120 000 cloches et carillons distribués dans le monde entier.

Je suis si fière d'être une vraie Savoyarde !!!!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article