La chanson de Claudine

Publié le par Janick

La légende se situe à Montjoie-le-Château, une commune du Doubs, région Franche-Comté.

 

 

Montjoie-le-Château

Montjoie-le-Château

Il faisait froid : la neige s'entassait contre les obstacles en formant d'énormes congères. Dans la grande salle du château ornée de tapisseries et trophées de chasse, devant la vaste cheminée, le baron de Montjoie et sa fille Claudine assis côte à côte, écoutaient ravis deux ménestrels qui chantaient en s'accompagnant l'un d'une mandore, l'autre d'une viole.

mandole et viole
mandole et viole

mandole et viole

Leur chanson était si poignante que Claudine sentit les larmes lui monter aux yeux. L'abbé du château, toute la maison du baron, les hommes d'armes de veille qui avaient été conviés étaient aussi sous le charme car jusque là le baron avait écarté toute distraction au château malgré l'insistance ce Claudine.

 

ruines du château de Montjoie

ruines du château de Montjoie

Le lendemain, il réunit tout le monde, regarda l'écusson de Montjoie et leur parla :

- Autrefois un seigneur cupide et dur habitait un château triste, triste pour les hommes d'armes, les serviteurs, la famille du seigneur et le seigneur lui-même. Ce seigneur avait une file qui clandestinement faisait la charité..

Le baron sembla se trouver mal dans sa confession mais il se ressaisit :

- Mais qu'arriva-t-il ? un miracle !

Il saisit, caché dans un vase, une rose superbe dont le parfum envoûta l'assistance.

La chanson de Claudine

Cette rose a été prise par le seigneur avare dans le tablier de sa fille où il croyait trouver ce qu'elle destinait aux pauvres ! Dieu avait changé le pain en rose ! le père reconnut un miracle.

Le baron quitta aussitôt la salle avec la rose mystérieuse. Claudine songea aux paroles de son père qui lui avaient dû coûter d'humiliations.

Le lendemain et les jours suivants, les trouvères chantèrent de nouvelles ballades et en particulier celle écrite par Claudine.

La chanson de Claudine

Rose est mon coeur

comme en le vôtre éclose

elle parfume ma vie et larend douce tant

que partager ma joie devient besoin bien grand

comme en le vôtre éclose.

Le baron répandit depuis ce jour sa bonté et Montjoie fut bien dénommé.

Quand Claudine mourut, jeune hélas, elle fut portée dans la chapelle du château.

La chanson de Claudine

Commenter cet article