Les "relevailles" à Tresserve (73)

Publié le par Janick

Au XIXème siècle, une femme enceinte ne tient jamais un enfant sur les fronts baptismaux : ils perdraient la vie tous les deuxavant la fin de l'année !

Les enfants naissent à la maison et, quand le "travail" commence, il faut filer à bicyclette quérir la sage-femme, qui arrive parfois trop tard ! 

En 1932, une Tresservienne est la seconde sage femme à accoucher à la toute nouvelle maternité à Aix-les-Bains. Une autre femme de Tresserve a aussi quelques chambres à Aix, où elle pratique les accouchements.

 

Les "relevailles" à Tresserve (73)

Le nouveau-né est porté à l'église dans son berceau, sur l'épaule droite si c'est un garçon, à gauche si c'est une fille.

 

berceau Savoyard

berceau Savoyard

Le premier enfant a pour parrain son grand-père paternel et pour marraine sa grand-mère maternelle ; on alterne pour le second !

Le parrain et la marraine font un cadeau comestible à l'accouchée. Cette dernière, quand elle retourne à l'église pour la première fois, reste à la porte jusqu'à ce que le curé vienne la bénir : ce sont les "relevailles".

(Tresserve un village en Savoie - Geneviève Frieh-Giraud)

église de Tresserve

église de Tresserve

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article