La vouivre

Publié le par Janick

La vouivre est peut-être la plus célèbre des légendes de Franche-Comté.

C'est Désiré Monnier qui, en 1818, dans un essai présente la Vouivre sous sa forme la plus pure : serpent ailé, elle traverse la nuit comme un trait de feu et porte aufront une escarboucle qu'elle dépose sur la rive quand elle va boire ou se baigner ; celui qui pourrait alors s'emparer du joyau serait à jamais riche et heureux.

 

La vouivre

"La Vouivre porte sur ses cheveux un diadème orné d'un gros rubis, si pur que tout l'or du monde suffirait à peine à en payer le prix."

La vouivre

"Ce trésor, la Vouivre ne  s'en sépare jamais que pendant le temps de ses ablutions. Avant d'entrer dans l'eau, elle ôte son diadème et l'abandonne avec sa robe sur le rivage. C'est l'instant que choisissent les audacieux pour tenter de s'emparer du joyau, mais l'entreprise est presque sûrement vouée à l'échec."

La vouivre
La vouivre

"A peine le ravisseur a-t-il pris la fuite que des milliers de serpents, surgis de toutes parts, se mettent à ses trousses et la seule chance qu'il ait desauver sa peau est de se défaire du rubis en jetant loin de lui le diadème de la Vouivre."

Extrait de La Vouivre - célèbre roman de Marcel AYME - auteur de Franche-Comté

La vouivre

Commenter cet article