La légende des Afars : 1ière partie

Publié le par Janick

Ces étranges personnages qu'il est possible de suivre à la trace dans toute l'Ardèche du nord.

Les Afars font partie de la grande famille des Elémentaux. Ils ont à peu près la taille d'un enfant de 6 ans. Ils sont tout noirs mais pas de peau, non, noirs parce que couverts de poils de la tête aux pieds. Ils ont aussi de longues oreilles pointues et deux petits yeux pleins de malice grâce auxquels ils voient dans l'obscurité à la manière des chats.

La légende des Afars : 1ière partie

Les Afars habitent dans les grottes, les souterrains- les "bornes" ou les "tunes" comme on dit en Ardèche du nord - mais toujours près de l'eau et, à la tombée de la nuit, ils sortent en même temps que le ratapanard, le javagnau ou la gnauchoule.

Ils vont chaparder de la nourriture dans les champs, dans les jardins ou quelques fois même jusque dans les caves : du blé, des carottes, du choux, des raves, des pommes, des châtaignes...

La légende des Afars : 1ière partie

Quand, sur leur chemin, ils rencontrent une vache qui passe la nuit dehors, ils vont la traire pour boir son lait puis ils lui tressent les poils de la queue !

Les Afars peuvent être employés comme gardiens de trésors par les fées, les enchanteurs, les magiciens et même le Diable. 

Après le travail, pour ses distraire, ils font des rondes endiablées autour des rochers.

Les Afars aiment aussi beaucoup faire des farces aux humains.

Leur farce favorite consistait à monter sur les toits des maisons et à s'asseoir sur les cheminées pour les empêcher de tirer. Ils riaient beaucoup de voir les gens ouvrir portes et fenêtres puis sortir en toussant car la fumée avait envahi la cuisine.

 

 

La légende des Afars : 1ière partie

Comment capturer un Afar:

Se munir d'une corde bien solide et d'une jolie paire de sabots. A la tombée de la nuit,déposer vos sabots devant l'entrée d'une borne occupée par des Afars. Se cacher ni trop près, ni trop loin. Tout d'un coup vous apercevez deux petits yeux ronds brillant dans la nuit qui regardent à droite, à gauche...et qui viennent se poser sur les sabots. Ah, ces sabots...comme ils sont  beaux ! Notre Afar a bien envie de les enfiler mais il n'ose pas...alors il tourne autour...mais à la fin, la tentation est trop forte...il glisse un pied puis l'autre....

C'est le moment de sortir de la cachette. Le matru va essayer de s'enfuir mais comment courir avec des sabots si lourds et bien trop grands pour de tout petits pieds ? Il suffit alors de se jeter sur lui, de le ligoter avec la corde et de l'emporter sous votre bras. Une fois arrivé à la maison, vous pouvez l'enfermer à la cave.

Et voilà ! Mais un Afar capturé est malheureux, il pleure toute la journée, il ne parle guère ou alors vous le comprenez mal . Et puis surtout, faites bien attention de ne jamais saler la nourriture que vous donnez à un Afar. Un seul grain de sel sur sa langue et il ne pourra plus jamais retourner parmi les siens. Il sera condamné à errer solitaire...plus tout à fait Afar, ni tout à fait humain...

La légende des Afars : 1ière partie

Publié dans Légendes d'Ardèche

Commenter cet article