La légende du châtaignier ardéchois

Publié le par Janick

En ce temps-là, les pentes ardéchoises étaient aussi nues que la main. Les eaux du ciel  y roulaient à plaisir. C'est ainsi que la bonne terre s'en allait et que seuls les rochers restaient. Les Ardéchois gémissaient.

"Regardez-nous" disaient-ils. "Nous remontons notre sol sur notre dos comme on porte sa misère. Nous bâtissons des murs. Et pourtant les vertèbres de notre pays pointent de partout."

Le coeur affligé des Ardéchois s'éleva tant que Dieu prit une décision :

"Qu'on leur donne un arbre" dit Dieu

La légende du châtaignier ardéchois

Et le châtaignier sortit de terre. Il prit racine partout. Dans la moindre saignée du rocher, il se cramponnait.

Les Ardéchois étaient aux anges. Ils prirent ses feuilles et en firent la litière et la nourriture de leur troupeau, le fumier de leur jardinet et l'ombre de leurs assemblées. De son bois, ils firent des charpentes et la canne de leur berger. Restait le fruit : il était sucré et nourissant, mais, comme tous les fruits des arbres trop vite faits, il était nu sur la branche comme la cerise, la prune ou le raisin.

La légende du châtaignier ardéchois

Les ardéchois n'osaient pas se plaindre à haute voix ; ils ne voulaient pas discuter un don du ciel. Dieu s'irrita d'abord puis décida de déléguer au pays ardéchois un de ses spécialistes de l'arboriculture.

"Qu'ils fassent donc leurs châtaignes comme ils le veulent en trois coups, pas un de plus."

C'est ainsi que Noune, les plus éveillé des Ardéchois, rencontra, un jour,le délégué au coin d'un bois.

"Alors, Noune" dit le céleste, "qu'est-ce qui ne va point ?"

"Ma foi, mon bon Monsieur, il faudrait peut-être que cette châtaigne soit comme notre coeur."

Ainsi fut fait. Les châtaignes se cachèrent dans une bogue. Des piquants au dehors, du velours au-dedans et des châtaignes serrées l'une contre l'autre.

La légende du châtaignier ardéchoisLa légende du châtaignier ardéchois

Au second jour, Noune fut à nouveau consulté.

"Alors, Ardéchois" dit le Céleste, "qu'a donc cette châtaigne qui ne va point ?"

"Ma foi, mon bon Monsieur, il faudrait bien qu'elle prenne son temps et...qu'elle nous le donne."

Ainsi fut fait. La châtaigne s'entoura d'une pellicule brune et résistante. On devait dès lors la déshabiller avant de la manger... la déshabiller patiemment, calmement entre les doigts après l'avoir fait danser dans les flammes.

La légende du châtaignier ardéchoisLa légende du châtaignier ardéchois

Au troisième jour, Noune fut à nouveau consulté pour la dernière fois.

"Alors" dit l'envoyé céleste, "vous voilà contents ?"

"Ma foi, mon bon Seigneur, encore faudrait-il que notre châtaigne ne soit pas trop parfaite."

Ainsi fut fait. La châtaigne reçut une deuxième enveloppe fine et ligneuse qui épousait tous ses contours et rentrait parfois dans sa chair.

 

La légende du châtaignier ardéchoisLa légende du châtaignier ardéchois

Cette seconde peau paya au centuple ce qui fut accordé. "Qu'on apporte à boire !" cria-t-on les soirs de veillée. On tira des tonneaux des pichets de vin rouge et des pichets de vin blanc...et l'on se mit à s'adoucir le gosier par des franches lampées... et l'on se mit à parler...et l'on se mit à rire...et l'on se mit à chanter.

La légende du châtaignier ardéchois

Depuis, lorsque Dieu, les soirs d'hiver, écoute les bruits de la terre, il entend le coeur puissant des Ardéchois qui chantent à pleins poumons autour du feu en mangeant leurs châtaignes.

Publié dans Légendes d'Ardèche

Commenter cet article